Les débuts d’un potager nourricier en cagettes

Vous vous rappelez sans doute que j’avais confectionné des jardinières à l’aide de cagettes de récupération au mois d’avril (si vous avez loupé ce tuto, retrouvez-le sur Transformer des cagettes en jardinières, il ne manque pas de piquant !). Il est grand temps de s’en servir et d’y repiquer nos semis de mars (pour suivre leur évolution, retournez ou allez voir l’article Semis en folie) afin de se créer un potager du tonnerre.

Dans chacune des trois jardinières j’avais semé des fleurs sur les bords (afin que ça n’empiète pas trop sur mon futur potager) pour attirer les pollinisateurs et installer une biodiversité même dans un petit espace : de la mauve, des coquelicots, du bleuet mais aussi du fenouil. Il n’y a que la mauve et le fenouil qui semblent avoir pris, ce ne devait être hélas, plus la saison pour mes fleurs champêtres.

La plus petite et la moins profonde de mes jardinières est dédiée aux radis et à la salade.

 

Dans la jardinière violette

Comme c’est la plus profonde des trois, j’y ai préalablement semé des légumes racines qui ont besoin de latitude pour se développer : quatre graines de navet et deux graines de betterave (miam ! Saviez-vous qu’à la casserole ça met deux heures et demie à cuire !!! Il ne faut pas être pressé).

C’est dans celle-là que j’ai décidé de semer les plus beaux plants de tomates et, plus tard, mon pied d’aubergine qui, à mon humble avis, sera bien content d’avoir tout plein de place pour ses petites racines.

  • Commençons par placer les pots pour se faire une idée de la place que tout ce petit monde va prendre.

20180523_190231.jpg

  • Pensez à arroser vos jeunes plants avant de les dépoter, l’opération n’en sera que plus facile.
  • On dépote les beaux plants de tomates cerises (clémentines ou poire jaune, étant donné que je n’ai pas pris de notes, ça sera la surprise !).
20180523_190910.jpg
Belles racines des pieds de tomates qui se sont bien développés
  • Pour les tomates, enterrez la tige jusqu’aux premières feuilles afin de booster le développement de nouvelles racines :

20180523_191246.jpg

Dans cette jardinière j’aurais donc deux plants de tomates, un plant d’arroche rouge et des semis de betteraves, navets, tournesol nain et capucine (les pucerons se jetteront dessus, je saurai alors si j’ai une invasion dans ma jardinière et je pourrai asperger tout ce petit monde de savon noir !).

20180523_200818.jpg

 

Dans la jardinière bleue

C’est la plus grande des trois, je vais donc pouvoir y repiquer pas mal de choses.

20180523_190207.jpg
La tomate et le piment attendent patiemment d’être rempotés à l’endroit indiqué
  • mes deux plus petits plants de tomates cerises ;
  • mes deux plants de piments sucette ;
  • deux plants de bourrache officinale (j’ai eu la main légère sur les semis de bourrache : il me reste encore cinq plants dont je ne sais que faire ! Et puis, je ne veux pas risquer de trop surcharger étant donné que je ne sais pas quelle ampleur prennent toutes ces variétés !) ;
  • un plant de camomille matricaire « Henry ? Henry ?! mes migraines me reprennent, Dieu merci vous avez pensé à me faire une petite infusion de camomille. Vous êtes tellement gentleman…! » ;
  • un plant de basilic Grand Vert qui faisait la tête dans son pot en plastique tout moche. À noter : semer du basilic à côté des tomates protège ces dernières des insectes indésirables (pucerons, fourmis) et stimulerait même leurs croissances !
  • j’ai semé deux tournesols nains et une graine de pois de senteur (une petite fabacée qui enrichira mon sol infertile en azote).

N’oubliez pas d’arroser après le repiquage même si en ce moment l’orage s’en charge bien !

20180523_200734.jpg

Vous êtes parés pour avoir des jardinières de professionnels !

 

Silence, ça pousse vite !

Le jour du repiquage

20180523_200725.jpg

Six jours plus tard

20180529_183352.jpg
Les progrès sont bien visibles, les plants de tomates ont bien profité

Avec les seaux d’eau que les orages divers et variés déversent sur nous, prenez garde au mildiou pour vos tomates ! Le mildiou est une maladie cryptogamique qui se développe – à l’aide de spores lorsqu’il fait chaud et humide – sur vos plants de tomates et les condamne à la pourriture. Essayez de protéger vos plants de tomates de la pluie (quoi vous ne pouvez pas demander à Totoro de se déplacer avec son parapluie ?).

Totoro

Un commentaire sur “Les débuts d’un potager nourricier en cagettes

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :