Août 2022 : rétrospective

On le sait tous, la pleine saison de jardinage se situe de mars à août. Il est donc toujours utile de faire un petit bilan de cette saison pour faire des ajustements l’été prochain et être encore plus prêts face aux potentielles conditions climatiques problématiques.

2022 aura été une année pleine de nouveaux défis !

Un jardin : donc une culture en pleine terre et plus seulement en pots, de nouveaux visiteurs et, bien sûr une canicule qui n’a pas seulement touché tout le Cotentin mais bien au-delà ! Tâchons, avec cette rétrospective, d’engranger de l’expérience pour les cultures de l’année prochaine !

Les conditions climatiques

Une canicule sur deux mois, des fleurs qui avortent, des récoltes qui ne sont pas au rendez-vous, des arrêtés sécheresse qui nous interdisent d’arroser… En bref, des conditions défavorables pour le jardin mais :

  • les cultures en étages ont permis de produire une ombre bienfaisante et bienvenue sur les plantes plus basses.
Les maïs, à gauche, ont bien protégé les courges du soleil caniculaire.
  • le paillage (une couche énorme, je prendrais trois bottes pour l’année prochaine) a permis de limiter les arrosages à une fois tous les deux jours pendant les fortes chaleurs.
  • les oyas m’ont bien aidé pour mes potées, j’en recommande l’année prochaine.
  • planter à l’ombre des légumes qui, normalement, préfèrent le soleil (mais pas à 35 degrés).

L’année prochaine, je vais donc tâcher de planter davantage de maïs et de tournesols pour qu’ils produisent de l’ombre au reste du potager.

Les ravageurs

Ha oui, un jardin n’attire pas les mêmes visiteurs qu’un balcon du 5e étage clamartois !

  • Des limaces. Énormes et oranges. Pour mes petits choux de cet automne, j’ai intérêt à faire des sorties nocturnes.
  • Des oiseaux qui me retournent tout ! J’ai mis des cagettes sur mes semis.
  • Des chats qui me retournent tout ! Je ne peux pas mettre de cagettes partout, je vais tenter un pourparler.
Chatons du soir, pris en flagrant délit de mignonnitude mignonne. Je suis en pourparler je vous dis !

Les lasagnes

Les fameuses ! Je suis devenue une professionnelle de cette technique chez moi, chez les autres, sur le sol ou dans des contenants… ! Et je trouve les résultats époustouflants. Je n’ai plus qu’à réalimenter en compost celles que je vais continuer à cultiver cet hiver et je rechargerai les autres au printemps (en avril pour les premières plantations estivales). Je leur rajouterai deux couches de matière humide et de matière sèche puis du compost pour avoir un sol bien riche.

Ce qui a marché

Bien sûr comparé à mes balcons, tout a très bien marché, les plants sont plus grands et donnent davantage. Mais surtout :

  • Tous mes semis spontanés, notamment mes courges (potirons, potimarrons et butternut).
  • Les haricots.
  • Les pommes de terre.
  • La consoude ! Recueillie l’année dernière lors d’un troc des plantes, elle m’a pas mal servi pour pailler des cultures (c’était son but premier). Parfaite biomasse qui n’a pas souffert de la chaleur !

Pour aller plus loin Comment récolter des pommes de terre

Ce qui a échoué

À mon grand désespoir, ce qui a échoué c’est :

  • Mon framboisier. D’abord, resté sous la terrasse tout l’hiver il a eu peu d’eau. Puis remis dans le jardin, il s’est refait une santé. Enfin il a redéménagé dans un autre coin du jardin plus ombragé car il commençait à griller et à être grignoté par une chenille. Il aurait dû retourner sur la terrasse en juillet car il a manqué d’ombre et d’arrosage. Résultat : pas une seule framboise cette année.
  • L’érable du Japon. Il a failli mourir de sécheresse. Je lui ai fait de bons bassinage et, tel un phénix, il est reparti.
  • Le groseiller. Victime d’un oubli d’arrosage. J’ai mis trop de pots un peu partout. Si des gens viennent arroser il faudra que je mette tous les pots au même endroit.

Les récoltes

Pour finir sur une note encourageante et positive (car le jardin ça prend du temps mais c’est aussi plein d’énormément de récompense !). J’ai :

  • Une belle récolte de courges qui s’annonce !
Septembre 2022 : potirons et butternuts aux côtés d’une belle capucine !

  • Des tomates qui commencent à donner seulement depuis la mi-août. Il faudra que je les mette en terre dès le mois de mai.

Tomates « Noire de Crimée » qui songe à produire enfin en septembre 2022 !
  • Du maïs qui nous a agrémenté un repas.
  • Des haricots.
Septembre 2022 : les haricots repartent de plus belle avec les redoux (25°) !
  • Des pommes de terre !

Sur cette note positive, je vous laisse faire la même chose pour votre jardin, vous pourrez ainsi mieux voir sur quel point vous améliorer (dates de semis, de repiquage… ?).

Note : 1 sur 3.

4 commentaires sur “Août 2022 : rétrospective

Ajouter un commentaire

    1. Bonjour Claire, je n’ai pas trouvé le maïs très gourmand en eau (je l’ai arrosé autant que mes autres plantes) et je l’ai trouvé pratique car il fait de l’ombre aux autres plantes et il leur sert de tuteurs. Mais effectivement je ne l’ai pas utilisé pour avoir énormément de récoltes sinon il aurait sans doute fallu que je les arrose davantage.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :