Cultiver en lasagne dans des jardinières et des pots, c’est possible !

La lasagne, je l’ai expérimentée il y a quelques années et pratiquée de nombreuses fois dans mon jardin. J’en ai maintenant 4 sises au jardin Briviste (plus toutes celles que j’ai faites, aidées à faire…).

Les (re)voir dans cet article :

J’adore cette technique qui permet de recycler ses déchets organiques tout en créant un milieu directement fertile pour les plantes.

Vous vous dites que vous n’avez pas de jardin et que ce n’est pas pour vous ?

Détrompez-vous ! Vous pouvez créer des lasagnes à l’intérieur de vos pots et jardinières. Alors, prêts à économiser du terreau et de voir grandir vos plantes de manière spectaculaire ? La suite de l’article est pour vous !

La technique de la lasagne en pots ou en jardinières

À l’image de la lasagne en cuisine, celle au jardin alterne des couches – non pas de pâte et de sauce tomate – mais de matière humide et de matière sèche. Avec le temps, ces éléments vont devenir un véritable compost.

La matière humide, c’est tout ce qui est poisseux et/ou vert :

  • les épluchures de fruits et de légumes ou les choses du même genre que vous jetez normalement au compost.
  • la tonte de gazon.
  • le foin (il rentre dans les deux catégories).
  • des herbes diverses (ci-contre).

La matière sèche, c’est tout ce qui crisse sous les doigts et qui est brun :

  • les branches coupées en morceaux (le broyat par exemple).
  • les feuilles mortes.
  • la paille.
  • le foin.
  • les litières organiques (de chanvre, de pin…) souillées par vos petits herbivores de compagnie (ci-dessous).

Petits cochons d’Inde libres dans le jardin.

Les avantages de la lasagne en pots et jardinières

Je suis une convaincue de cette technique, les plantes grandissent plus vite et de meilleure manière. Le seul point négatif c’est qu’il faut avoir de la matière humide et de la matière sèche (mais on trouve plein de choses gratuitement dans la nature).

Voyez plutôt la différence entre des tomates cultivées dans des jardinières avec et sans lasagne.

Le 2 mai : tomates cultivées en jardinière. L’une avec lasagne, l’autre avec seulement du terreau.
Les mêmes deux semaines plus tard, le 18 mai. C’est celle du premier plan qui est cultivée en lasagne.

Voyons voir ce qu’ont donné mes tomates trois semaines plus tard (le 8 juin).

Le 8 juin, mes tomates cultivées dans des jardinières en lasagne sont prêtes à être replantées (jardinière au premier plan et le pot juste derrière).

Alors, convaincus ?

  • D’abord la lasagne crée un milieu très fertile et équilibré pour vos plantes.
  • Vous recyclez vos déchets organiques en empilant simplement des couches.
  • Vous économisez du terreau ! Et ça, ce n’est pas rien. Moi qui ai acheté des kilos et des kilos de terreau à Paris ou ici, je ne vous dis pas. En plus, avec la lasagne, votre pot est moins lourd que s’il était constitué uniquement de terreau.

Bon à savoir

La technique de la lasagne en pot est particulièrement efficace et intelligente pour les grands pots. À Paris, j’avais testé la technique de la lasagne pour deux grands pots (cela me paraissait impossible de les remplir avec des sacs de terreau. Combien en plus ?) : ceux de mon chèvrefeuille et de mon jasmin étoilé. Ils vont très bien.

Mise en pratique

C’est parti ! Prenez votre jardinière ou votre pot (je vais m’attaquer à ces fameuses tomates du 2 mai qui n’ont pas grandi comparé à leur copine dans le même type de jardinière mais avec une lasagne) :

Mes pauvres tomates qui n’ont eu que du terreau. On voit bien que ça ne nourrit pas !
  • Remplissez d’une couche de matière sèche (la plus grossière possible pour qu’elle ne parte pas entre les trous de drainage).
  • Tassez et arrosez. L’arrosage permet d’assurer le processus de décomposition pour faire un beau compost.
  • Ajoutez de la matière humide (moitié moins que la matière sèche).
  • Tassez et arrosez. Pourquoi tasser ? Pour éviter qu’il y ait de l’air entre les couches, cela facilitera le passage et le travail des lombrics (entre autres bestioles).
  • Finissez par une couche de matière sèche (autant que la première couche de début).
  • Tassez et arrosez.
  • Ajoutez du terreau. Veillez à bien prévoir autant de terreau que la longueur des racines de vos plantes. Si elles touchent à la lasagne ça ne leur fera rien mais ce n’est pas un sol qui leur est approprié.
  • Tassez et arrosez.

C’est prêt vous pouvez planter directement et pailler !

7 juin : mes tomates fatiguées par tout ce chamboulement

Voilà n’hésitez surtout pas à vous lancer, c’est vraiment une technique facile à mettre en œuvre et efficace. Vos plantes vous diront merci et vous enverront des cœurs (c’est important oui !).

Le 4 juin, mes plants de tomates cerises et leurs basilic au pied qui profitent de leur lasagne depuis 1 mois !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :