Rotation des cultures

Vous avez déjà entendu parler des jardins en carrés ? Mais si, vous savez, ces mini carrés qu’on vous vend parce que c’est un tout petit espace de culture mais qui permet de grandes possibilités. En effet, le potager en carré est tiré d’un principe permaculturel qui est de produire beaucoup sur un petit espace. Et ça tente beaucoup de gens !

Et c’est bien ce qui nous intéresse nous en ville, avec nos petits balcons et nos envies de verdure non ? Intéressons-nous donc à une technique tirée d’un principe permaculturel : la rotation des cultures qui permet de garder une terre cultivée toute l’année.

29503-carre-potager-estragon-120-x-120-cm-burger
Potager en carré pour les professionnels, vous pouvez commencer avec seulement 4 carrés !

La permaculture

Mais d’ailleurs, la permaculture, qu’est-ce que c’est ? Rassurez-vous, j’ai mis du temps à comprendre ce que c’était moi aussi. La permaculture c’est une manière de cultiver qui consiste à concevoir et à exploiter son jardin en s’inspirant de la nature (notamment de l’écosystème forestier : installation d’un paillage par exemple). Avoir un jardin permaculturel c’est également passer maître dans l’art d’associer les plantes pour qu’elles se protègent les unes les autres, prendre en compte leur développement afin de savoir quand remplacer une plante récoltée et ne jamais laisser d’espaces vides. Le moindre espace vacant est optimisé de manière intelligente : c’est pour cette raison que la permaculture est souvent citée pour la culture dans des espaces réduits parce que c’est dans ce genre de circonstances qu’elle a fait ses preuves (des jardins permaculturels réussissent à atteindre l’autosuffisance alimentaire en exploitant correctement leur espace).

project_8143855894aa13ac812_pic_1.jpg
Projet d’un jardin permaculturel. Oui, tout est pensé !

La rotation des cultures

À quoi donc c’est-y que ça sert ? La rotation des cultures permet de favoriser les récoltes et éviter les maladies.

rotationdescultures.jpg

Laisser à la terre le temps de se reconstituer (N, P, K)

Pour se nourrir, les plantes ont en partie besoin d’azote (N), de phosphore (P) et de potassium (K). Or après une culture de plantes particulièrement gourmandes, les ressources en l’un ou l’autre de ces minéraux ne seront plus à leur maximum. On peut dire que la terre est fatiguée et qu’il faut lui permettre de se refaire une beauté avant la prochaine culture.

C’est là que la rotation des cultures est importante : si je replante des solanacées (famille à laquelle les tomates appartiennent) elles trouveront le frigo vide parce qu’elles auront exactement les mêmes envies que les plantes précédentes : « Tiens je me ferais bien un petit jus de potassium ». Quand bien même vous amenderiez la terre de compost, vous courrez le risque que votre prochaine culture soit moins vigoureuse que la première (les éléments minéraux ne sont pas assimilables directement par les plantes, cela demande du temps). La solution est donc d’installer une autre famille de plantes qui n’aura pas les mêmes besoins pour laisser à la terre le temps de se reconstituer. En plus, certaines plantes agissent comme de véritables fertilisants !

Après une culture de tomates, la salade se satisfait de ce qui lui reste.

Pouvoir fertilisant des légumineuses

Les légumineuses (une famille de plantes) ont un fabuleux pouvoir de fertilisation. En effet, grâce à une symbiose avec des bactéries, (qui sont fixées dans les nodules de leurs racines) elles peuvent capter l’azote de l’air et le fixer dans la terre. Elles enrichissent donc la terre en azote.

Qui sont les légumineuses ? Cette famille de plantes (également appelées fabacées) est représentée par les pois, les haricots, les fèves, les lentilles, les pois chiches mais aussi les pois de senteur, les lupins, la glycine…

168 - Fleur de petits pois, Potager, Légume, Nature - DSC_2765R BR.jpg
Fleurs de petits pois

Bouter hors des frontières les maladies qui sommeillent en terre

Effectuer une rotation des cultures permet de limiter les risques de maladie. Imaginons que le mildiou (champignon responsable du déclin des tomates) attende patiemment, monocultivé que vous êtes, la prochaine culture de tomate (famille des solanacées) et que vous lui coupiez l’herbe sous le pied en installant des plants de chicorée (famille des astéracées) : le champignon spécialisé dans l’attaque de la tomate sera voué à une mort certaine.

 

Et sur mon balcon ?

Bon, c’est bien joli toute cette théorie mais comment pratiquer la rotation des cultures me direz-vous ?

  • Diviser en quatre parties votre espace de jardinage (votre cagette, quatre pots différents…)
  • Variez les plaisirs : alternez les légumes fruits (tomates, courges, poivrons, aubergines), les légumes racines (carotte, navet, radis, betterave…), légumineuses et légumes feuilles (salades, épinards, choux…).

 

La rotation des cultures a donc l’avantage de garder un couvert végétal toute l’année, de rentabiliser son espace et ses récoltes, de limiter les maladies et de ne pas épuiser sa terre. C’est déjà un peu ce qu’on fait dans nos jardins et sur nos balcons mais sans s’en rendre compte et sans forcément savoir pourquoi on le fait ! Tirons donc nos leçons de la nature, nous avons beaucoup à apprendre d’elle.

20171014_1322282051453495.jpg

2 commentaires sur “Rotation des cultures

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :