Couche chaude : pourquoi et comment la créer, que planter et semer ?

Vous en avez sans doute déjà entendu parler, la couche chaude vous permet de gagner quelques précieux degrés pour cultiver des légumes en hiver et les récolter dès janvier ou février.

Une couche chaude, c’est quoi exactement ?

Cette technique remonte à une époque où le fumier de cheval était abondant. Les maraîchers du 19e siècle cultivaient les légumes sur cette couche chaude et, avec les précieux degrés gagnés, récoltaient avant tout le monde ! Plutôt utile entre janvier et mars, là où il fait encore un peu froid. La couche chaude est constituée :

  • d’une terre légère située au-dessus d’une couche de fumier frais, imbibée d’urine et d’eau (miam) ;
  • dudit fumier préalablement tassé afin de provoquer la fermentation et un dégagement de chaleur (quelle paire de chaussure je sacrifie pour tasser ?) ;

Pendant une dizaine de jours :

  • la couche chaude va monter à 60 et 70° ;
  • pour se stabiliser à 20, 25° et baisser si vous ne fermez pas le chassis dans lequel vous créez votre couche chaude.

Une couche chaude, pour quoi faire ?

  • Pour cultiver des légumes primeurs, c’est-à-dire des légumes que vous sèmerez en septembre et que vous récolterez en janvier février au lieu d’attendre mars.
  • Pour cultiver des légumes délicats comme le melon ou les aubergines qui ont besoin d’un sol à 18° pour se développer correctement. Or, je ne sais pas vous mais en les implantant en mai, le sol est rarement à cette température ! Sachant qu’une fois ces plants mis en terre, on est censés récolter quatre mois plus tard, autant que les conditions idéales soient réunies non ?

D’ailleurs les maraîchers parisiens étaient passés maître dans l’art de la couche chaude et semaient dès le mois de janvier que ce soit des melons ou des légumes primeurs !

Comment créer un couche chaude ?

La technique est simple et ressemble à une lasagne. Il est fortement conseillé d’utiliser du fumier de cheval frais, c’est lui qui a le plus fort potentiel de fermentation (miam je vous dis !).

  • Choisissez une exposition plein sud pour votre couche chaude ;
  • Enterrez 40 à 50 cm de votre châssis en bois ou paillez le tour de votre châssis ou faites une butte que vous entourerez de paille (c’est l’option que je vais choisir).
  • Au fond du trou, posez une bonne couche de fumier de cheval 40 à 60 cm. Si le fumier n’est pas pailleux ajoutez de la paille. Certains font des couches et alternent couche de fumier puis couche d’herbe tondue…
  • Tassez ;
  • Arrosez sans gorger d’eau ;
  • Disposez dessus 10 cm de terreau/compost/terre ;
  • Refermez votre châssis avec une vieille vitre ou tout autre matériaux transparent pour garder la chaleur. On ne chauffe pas l’extérieur !

Attendez 10 jours avant de pouvoir semer ou planter vos légumes primeurs ou vos melons et aubergines !

Alors, tentés par l’expérience ? Si vous avez pour projet d’y faire vos légumes primeurs n’attendez pas, sinon vous pouvez patienter jusqu’à février pour la faire et y semer vos melons et aubergines.

Note : 3 sur 3.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :