Les activités de juin au jardin

Le mois de juin est synonyme de forte activité au jardin. On veille sur les semis qui continuent de pousser (ou de stagner et, dans ce cas, on trouve une solution !), on installe en pleine terre ceux qui ont bien grandi, on tuteure à tour de bras…

Oui, j’ai été pas mal occupée en ce mois de juin. À l’heure où je vous écris, nous sommes le 28 juin et j’ai encore prévu – pour la deuxième fois ce mois-ci – de passer une journée entière à m’occuper du jardin. En ce moment, j’y passe une heure par jour au moins, sans quoi je serais vite débordée ! Je précise que je ne suis bien sûr pas là le weekend, ça serait beaucoup trop simple, voyons !

Des semis

Quoi ? Mais ne suis-je pas folle alors que j’ai encore une palanquée de plants de tomates, concombres, courgettes, maïs à repiquer au jardin ? Oui, ma brave dame mais je n’aime rien tant que les semis et c’est encore la saison pour les :

  • Haricots. Je les sème en godet et à chaque fois que je plante un maïs (vous savez pour reproduire la fameuse Milpa !). Ci-contre, haricot Blauhilde (les violets qui grimpent à plus de deux mètres) et La Victoire (les verts). Les violets sont plus faciles à cueillir parce qu’on les voit !
  • Petits pois.
  • Ipomées (que je sème à chaque fois que plante une tomate). Cette liane, qui offre une très belle floraison, servira à attacher mes tomates sur leur tuteur. Je la semais déjà sur mon balcon et je ne pourrais plus m’en passer !
  • Melons. Tout début juin, j’en ai semé à nouveau car les trois seuls que j’avais étaient soit chétifs soit victime d’une limace.
  • Tournesols. Oui, je persiste ! Cette année ils n’ont fait que filer. Ils ne sont pas droits et tout frêles c’est une horreur ! Grâce à ce deuxième semis j’ai réussi à en avoir deux sur quatre moins moches.
  • Potimarrons. Je sais : j’en ai mille qui ont levé spontanément mais, tout à coup, j’ai eu un doute et je me suis dit « han, et si ce n’était pas des potimarrons que j’élève avec amour ? » ; avant de vérifier sur une appli dédiée, j’ai semé (oui, elle est très intelligente). Mes semis spontanés étaient donc bien des potimarrons. Bon, on fera des soupes quoi. Ci-contre, ses premières fleurs le 28 juin !

Du repiquage

Haa, j’ai enfin retrouvé le sens commun et je libère ma terrasse devenue nursery à semis. Eux, plus mon merdier de jardinage, plus la botte de paille : comment vous dire qu’elle est peu exploitable pour faire autre chose !

J’ai repiqué petit à petit. La première semaine :

  • Du maïs Glass Gem, des haricots, des petits pois, des piments.
  • Des aubergines. Leur croissance varie fortement selon l’endroit où elles se trouvent. Ci-contre mon aubergine la plus grande qui prend ses aises en pot (une variété naine, ça doit être pour ça : Bambino).

La deuxième semaine :

  • Des salades (achetées sur le marché, mes semis tous petits se sont faits grignoter). Sur mes 12 salades achetées, j’en ai au moins quatre qui ont été victimes d’une vorace.
  • Des concombres, du melon.
  • Des maïs doux, des tomates cerises, des tomates Noire de Crimée, des œillets d’Inde (achetés sur le marché aussi. Oui, j’avais des graines mais je ne m’y suis pas prise assez tôt).

La troisième semaine :

  • Des capucines (certaines sont magnifiques, j’en avais semé début mai). J’ai des grandes et des naines, seulement, à l’état de jeunes pousses je ne sais pas faire la différence ! Je vous dis ça parce que je comptais en mettre dans mes jardinières aux fenêtres de la maison et une naine serait parfaitement appropriée.
  • Des tomates, des salades, du persil (issu de mes semis s’il vous plaît !), des blettes.

La quatrième semaine :

  • Des concombres, du maïs Glass Gem.

La cinquième semaine (c’est un long mois de juin) :

  • Du tournesol.

Les travaux divers : un jardin à la verticale

Oui, parce que le jardin n’est pas immense et que je me suis fait plaisir au niveau des semis, les principaux travaux étaient donc de conduire toutes mes plantes en forte croissance à la verticale.

  • Création de deux tipis supplémentaires sur ma lasagne en forme de goutte (conception à revoir dans Les activités de mai au jardin) pour pouvoir y conduire davantage de haricots. Ci-contre ma lasagne avec ses trois tipis penchés (je ne sais pas faire droit sur celle-là).
  • Tuteurer les fèves.
  • Récupérer de la tonte et la mélanger avec des feuilles mortes d’olivier (avec la période de sécheresse il en a perdu pas mal) pour lui apporter de l’oxygène et éviter qu’elle pourrisse. C’est un vrai boulot ! Merci au paysagiste qui vient m’en livrer quand je lui en demande (et qu’il en a).
  • Remuage du compost et apport de tonte pour l’équilibrer. Mon compost étant constitué uniquement de paillage de chanvre (des cochons d’Inde) et de cartons – que l’on met dans le fond de la cage – il manque sérieusement de vert donc j’en apporte. Ci-contre une belle surprise dans le compost (cela prouve qu’il n’est pas bien mélangé) : un vieil artichaut a pris ses aises pour fleurir.
  • Création de lasagnes dans des pots et des jardinières pour pouvoir cultiver hors sol et lutter contre les limaces rampantes, dégoulinantes de baves (je ne suis pas énervée).
  • Tuteurage des maïs (mes premiers plantés début mai qui, avec le vent, commençaient à pencher dangereusement). Ci-contre, mes premiers maïs doux, tout derrière qui fleurissent depuis le 29 juin.
  • Paillage (of course). Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai repaillé durant le mois de juin. Il disparaît à une vitesse folle (tant mieux, ça veut dire que mon sol est bien vivant).
  • Création d’une nouvelle lasagne. Parce que, je l’avoue, la place me manque.
  • Tuteurage des tomates et des courges (je vais essayer d’en conduire une dans l’olivier).
  • Arrachage des fèves mortes et création d’une structure pour pouvoir conduire les tomates qui les remplacent. Ma première lasagne change souvent de visage ! Ci-contre ma superbe structure sur laquelle je ferai courir des haricots !
  • Buttage des maïs avec du fumier de cochons d’Inde (de la litière usagée quoi).

Des récoltes

  • De graines de laitue : c’est important pour l’année prochaine (vous vous souvenez, mes petites laitues prometteuses en avril). Ci-contre graine de laitue à récolter !
  • Oui ! On a pu manger (pour deux) : des haricots surtout et des fleurs, feuilles de capucine c’est tout pour le moment !

Allez, j’y retourne, il me reste encore deux trois aménagements en bambous à faire, quand ça commence à vraiment grandir les courges, ça ne rigole pas (je suis sûre que ça pousse de 5 cm par heure au moins) !

Note : 1 sur 3.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :